Installation de grande surface contre l’avis de la commune

par | 18 Mai 2019 | Urbanisme commercial

Il est ici question de l'installation de grandes surfaces contre l'avis de la commission départementale de l'aménagement commercial et des élus locaux.

Malgré le recours engagé par les élus locaux d’une commune du Vaucluse et, malgré le refus, par deux fois, de la commission départementale de l’aménagement commercial, une grande surface de 880 m2 va s’installer. En effet, la commission nationale de l’aménagement commercial a accordé son autorisation d’installation.

Depuis des années, cette commune essaie de maintenir les commerces de proximité de son cœur de ville et animer son centre-ville. La décision de la commission nationale, est contraire aux volontés locales.

Pour le ministère de l’économie et des finances tout est fait pour assurer un équilibre entre pouvoir local et national.

Il rappelle que la commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) est une autorité indépendante qui exerce une fonction régulatrice en matière d’implantation commerciale. En 2017, la CNAC n’a rendu des avis favorables et accordé des autorisations que pour 59 % des projets examinés, contre 88 % pour les commissions départementales (CDAC) au cours de la même année.

Les membres de la commission prennent l’avis de toutes les parties, y compris des élus locaux qui siègent en CDAC et défendent leurs projets en CNAC.

« La situation des centres-villes étant souvent difficile à appréhender, la CNAC examine la conformité des projets aux critères législatifs, sur la base des informations en sa possession et des témoignages des élus recueillis en séance, qu’ils soient favorables ou défavorables au projet. À cet égard, il est important de noter que la CNAC autorise relativement rarement des projets refusés par les CDAC : en 2017, seuls 29 projets, correspondant à 78 333 m2 de surface de vente, ont été refusés en CDAC et autorisés par la CNAC, ce qui représente moins de 3 % des projets examinés par les CDAC en 2017. »

Enfin le ministère rappelle que suite à l’adoption de la loi « ELAN », il est prévu que « les dossiers de demande d’autorisation commerciale seront complétés par une analyse d’impact du projet sur les équilibres commerciaux existants du territoire d’implantation. La nouvelle législation renforce donc les éléments d’analyse des projets, permettant de mieux appréhender leurs effets sur les territoires, et en particulier sur les centres-villes voisins. Ces nouveaux éléments d’appréciation bénéficieront tant aux membres de la CNAC qu’aux membres des CDAC, dont font partie les élus locaux. »

Installation de grandes surfaces
Question écrite n° 08786 de M. Alain Dufaut, Réponse du Ministère de l’économie et des finances publiée dans le JO Sénat du 18/04/2019 – page 2144

 

 

ACTUALITÉS

Oudot met à votre disposition des articles de fond, des billets d’humeur et des informations juridiques en lien avec l’actualité du moment sur les arrêtés, décisions de justices etc. qui vous importent dans votre activité.

ARTICLES RÉCENTS

Décret d’application sur l’aménagement commercial de la loi Elan

Le premier décret d’application en urbanisme commercial de la loi ELAN est publié ! Il fixe les modalités de mise en œuvre des dispositions des articles 163 et 166 de la loi n° 2018-1021 dite loi « ELAN » relatives à la composition et au
fonctionnement des commissions d’aménagement commercial, ainsi d’appréciation des projets soumis d’exploitation commerciale.

Parution d’un décret d’application de la loi Elan sur le contentieux de l’urbanisme

Ce décret est pris en application de la loi Elan, et concerne le contentieux de l’urbanisme.
Il a pour objet la modification des règles concernant les contestations d’un permis modificatif, d’une décision modificative ou d’une mesure de régularisation dans le cadre d’une jonction d’instance prononcée en application de l’article L. 600-5-2 du code de l’urbanisme (issu de l’article 80 de la loi Elan).

Pas d’incidence de la nullité du contrat de réservation sur la validité de l’acte de vente

Pas d’incidence de la nullité du contrat de réservation sur la validité de l’acte de vente

Par un acte sous seing privé, intitulé “contrat de réservation”, suivi d’un acte authentique de vente en l’état futur d’achèvement, la société civile de construction vente A. (la société A.), a vendu à Mme Y., préalablement démarchée par la société J., un appartement et un emplacement de stationnement dans un immeuble en copropriété, destinés à la location et bénéficiant d’un dispositif de défiscalisation.